Inconscient : l’approche Ericksonienne

Pont de la lune – parc Dahu – Taiwan

L’inconscient est votre allié et contient toutes les ressources qui peuvent conduire au changement que vous souhaitez.


 

L’inconscient est beaucoup plus rapide que notre conscient, et selon les découvertes récentes tout fonctionnement conscient serait précédé d’un processus inconscient

 

Selon Erickson, l’inconscient est tout ce qui n’est pas (encore) conscient.

L’inconscient est un allié et contient toutes les ressources qui peuvent conduire au changement, et ceci en particulier quand une personne ne parvient pas à dépasser un problème avec ses seules ressources conscientes.

C’est un réservoir de ressources et de connaissances :

  • Il stocke une multitude de détails que nous ne remarquons pas consciemment et gère nos apprentissages
  • Il gère tous nos fonctionnements corporels, nos automatismes, et …nos émotions
  • Il recherche en permanence à nous protéger au niveau corporel et mental.

Pourquoi l’inconscient permet-il alors que des problèmes apparaissent ?

L’inconscient est plus rapide que le conscient. 

Ainsi, cherchant des solutions pour nous aider et nous protéger, paradoxalement l’inconscient apporte  parfois une réponse en apparence négative alors que son intention était positive : sensation de stress, émotions qui nous submergent, phobies, douleurs chroniques, troubles alimentaires ou du sommeil. C’est comme si l’inconscient continuait de nous envoyer des messages tant qu’il ne se sent pas écouté.

Par ailleurs, des comportements devenus indésirables peuvent être difficiles à dépasser simplement parce qu’ils correspondent à des automatismes, notamment les dépendances au tabac.


 

«En hypnose, vous cessez d’utiliser votre esprit conscient. Car inconsciemment, vous en savez autant, et même vous en savez bien plus que vous en savez consciemment» Milton Erickson

 

S’il a toutes les ressources, pourquoi l’inconscient ne sait-il pas tout faire spontanément ?

Beaucoup de fonctions dans le corps sont automatiques : c’est le cas de toutes les fonctions vitales comme la respiration, les battements de notre cœur, la digestion, la cicatrisation par exemple. Pour autant, il est possible de réguler certaines de ces fonctions : on peut chercher notamment à respirer plus ou moins lentement, profondément…

Toutefois, beaucoup d’autres fonctions du corps se sont automatisées après un apprentissage : c’est le cas de la station debout ou assise, de la marche, du contrôle de nos mouvements de la main et du corps en général. De même, le fonctionnement de nos sens nous paraît complètement inné, alors qu’il est également le fruit d’apprentissages.

Ainsi, nous entendons des bruits parce que nous avons appris à les reconnaître, nous comprenons des paroles parce que nous avons appris à parler, nous voyons notre environnement parce que nous avons appris à le décrire, nous éprouvons plus volontiers certaines émotions dans une situation donnée parce que nous avons appris qu’elles étaient plus appropriées à cet instant précis.

Il y a tout simplement des apprentissages qui peuvent ne plus être adéquats ou qui ont besoin d’être remplacés ou complétés. Compléter ou désapprendre et faire de nouveaux apprentissages est rapide, facile et naturel pour l’inconscient, car l’inconscient apprend et remanie les informations qui lui parviennent en permanence. Et ceci est d’autant plus facile que ces apprentissages sont liés à des émotions.